Embarquer sur Joshua

Des raisons techniques nous ont contraints à annuler les navigations de Joshua. C’est une vieille dame qui a besoin de soins et une bonne partie de la saison hivernale a été nécessaire pour lui refaire une beauté. Malheureusement le confinement annule tous les plannings.

 Un extrait du message de la Présidente aux Adhérents, avril 2020:

"...Compte tenu des travaux importants que nécessitent la coque, le pont, le moteur et le remontage, mobilier et autres équipements indispensables à la sécurité de sa navigation, il est improbable que Joshua navigue en 2020. 

Je rends hommage au nom de tous les Amis à l’équipe des « décapeurs » qui ont courageusement entrepris le démontage minutieux de JOSHUA avec photos, schémas, numérotage, classement de toutes les pièces et matériels avant l’intervention des chantiers professionnels. 

Un gros merci à Daniel Combot, Jean-Alain Berlaud, Bernard Moreau, Jean-Pierre Riesenmey, Pierre Bergès, Christine Ferré, Serge Garnaud, Sandrine Dye Pellisson, Philippe Potin, Pascal Pelloin et Richard Tulloue qui pour la plupart se mobilisent tous les mardis et jeudis sur JOSHUA. Ils attendent maintenant que les gros travaux effectués par des chantiers soient terminés (sablage, remise en état de la coque et du pont, etc.) pour entreprendre ensuite le remontage complet du puzzle.

Confinement obligé = autant de retard sur les travaux".

... 

Les navigations de Joshua ne reprendront pas avant 2021.


Point sur les travaux au 31 mai 2020

Télécharger
L'actualité de Joshua en trois épisodes...
JoshuaB8.pdf
Document Adobe Acrobat 2.7 MB

Point sur les travaux au 31 juillet 2020

Joshua a été depuis peu expertisé. C'est-à-dire que des mesures d'épaisseur de tôles après sablage ont été réalisées. Le verdict est sans appel ! Sur tribord (côté de l’échouage en 1982 à Cabo San Lucas) ce côté est très endommagé. Sur les 5 mm de l'épaisseur initiale, il n’en resterait par endroits que 2 mm. Ce qui fait dire à ces experts que nous sommes passés à côté d'une catastrophe.

Les solutions techniques, sont de changer plusieurs tôles de bordé tribord, et, bien sûr 3 ou 4 membrures et autant de varangues. Il faut trouver un chantier pour effectuer cette prestation.

Nathalie Fiquet du musée a contacté quelques entreprises.

Vous imaginez bien que côté budget, on attend de voir et côté délai je vous laisse imaginer.

Je termine par une note optimiste, c'est la volonté de la ville de La Rochelle de voir de nouveau Joshua naviguer. Et, note personnelle, quand je vois les fonds qui ont pu être levés pour Damien jusqu'à sa reconstruction, je me permets d'être confiant dans le devenir du lien entre la ville de La Rochelle et un Joshua navigant...

Sans être encore officiel le verdict est tombé, un projet vers les 55 000 €. Cette enveloppe comprend, pour la tôlerie, une réfection majeure.

Pascal Pelloin